Alain Platel, «Because I Sing» (2001) à «C(H)OEURS (2012)». Une approche allégorique du choeur

Serge Dambrine

Resum

Alain Platel fonde Les Ballets C de la B, a Gand (Belgique), en 1984, avec des proches. Il acquiert peu a peu une pratique autodidacte de la choregraphie, creant une forme de ≪ danse batarde ≫ qui contribue de maniere decisive a la renommee de la compagnie. En 1999, il annonce qu’il va mettre un terme a sa carriere. Il prendra en effet du champ, le temps de quelques rencontres personnelles et symboliques decisives. Par cette interruption soudaine, par sa maitrise de l’hybridation choregraphique, Platel nous invite implicitement a examiner, dans son travail, la question des origines et des carrefours. Dans cette communication, nous nous interessons a trois spectacles atypiques dont la figure centrale est le choeur en tant qu’ensemble vocal : Because I Sing (2001), Uit de bol (2006) et C(H)OEURS (2012) ; tous trouvent leur impulsion dans cette rupture ainsi que dans les rencontres et collaborations qui s’en suivront. Nous examinons l’approche platelienne du choeur comme entite scenique, approche fondee sur l’emploi de la figure allegorique, une fonction distanciatrice fondee sur l’assemblage rhapsodique et des motifs qui relevent d’une synthese artistique partielle. 

Paraules clau

choeur, musique chorale, hybridité, rhapsodie, interartistique

Text complet:

PDF


Copyright (c) 2017

Llicència de Creative Commons
Aquesta obra està subjecta a una llicència de Reconeixement 4.0 Internacional de Creative Commons